Un petit break de Mi-Carême comme la bonne crêpe tiède où fond le sucre, où se liquéfie la confiture aux saveurs de fruits rouges...

Un petit break que je te dédie d'une façon particulière, Alex...Parce qu'il répond encore à ta question de l'autre jour, presque mieux car c'est une parole à double sens, de Lui vers toi, de Lui vers moi et de l'une à l'autre ! Continue à en poser d'autres pour plier sans casser, pour creuser sans sombrer, parce que ta colère était sans doute une "sainte" colère comme on dit...lol ! Et que finalement, l'important, ce qui fait les saints, ce n'est pas de tomber... mais de toujours se relever et repartir !

source

La Parole de Dieu

« Mais quand ils arrivèrent à Mara, ils ne purent boire l'eau de Mara car elle était amère. »
Livre de l'Exode, chapitre 15, verset 23.


La méditation

Libéré, le peuple marche chaque jour, c'est sa vie au quotidien. Après des heures de joies, de libération qui ont semblé arrêter le temps il faut bien reprendre l'habituel. Le peuple avait confondu ce temps avec la terre promise. Mais non, il faut à nouveau vivre l'aujourd'hui, si semblable à hier et chercher son lieu, celui dont Dieu a parlé, dont il a fait la promesse.

C'est loin la terre promise ? Il y a les jours légers et les jours sombres et lorsque ceux-ci se succèdent sans répit nous commençons à perdre courage, à douter même . Nous avons quitté la servitude mais pour quoi faire ? C'est pire qu'avant ! Moment crucial du cheminement : l'eau s'était montrée bonne et douce, protectrice, elle avait ouvert des perspectives de bonheur pour toujours et voici qu'aujourd'hui cette eau est âcre, décevante, elle n'est plus qu'amertume. Le découragement saisit nos entrailles. Assoiffés d'autre chose, fatigués de la route nous regrettons le temps où, tout compte fait, nos liens nous évitaient de chercher. Dans la lassitude et le sentiment d'échec le blasphème peut même rôder. Or il y a quelqu'un parmi nous, tel Moïse pour le peuple, qui peut intercéder, qui va prier et voilà que l'eau redevient douce. Nous pourrons reprendre la route, continuer. Oui, prier les uns pour les autres, dire pour tous « Notre Père » , change l'amertume en douceur. Eveille toi, la prière est devenue source douce !

Bonne deuxième partie de route vers Pâques !