Merci tout d'abord pour vos petits messages on et off blog !

Non, non je n'ai pas disparu...enfin pas encore...bien que ma propension à raser les murs se soit incroyablement accrue ces derniers temps...La faute à.. ???? La fin de la chimio ! "Quoi ? Quoi ? C'est fini et elle ne nous disait rien ??? mais elle devrait déboucher autant de Champomy que de tentacules, nous lancer une samba, une rumba, une lambada à faire péter nos enceintes de PC, sortir les pétales, les confettis, les Pépitos à lancer par les fenêtres !"...Notez bien que ce n'est pas l'envie qui m'en avait manquée, j'avais même pris tout un tas de bonnes résolutions plus festives les unes que les autres, la moindre étant d'aller faire un tour à Dubaï et de prendre une cuite au champagne en terrasse en lunettes écailles et maillot léopard (quitte à péter un plomb hein autant la jouer grandiose !!!!). Bon...Tout ça c'était avant la fin de la chimio et des haricots...

J'aurais dû me méfier, savoir que la bête est sournoise et que même blessée à mort, elle est encore capable d'un ultime sursaut, d'un baroud d'honneur "pour la gloire"...Elle a l'humour perfide, assorti à la saison qui s'annonce. Comme un vent d'automne elle fait tomber ce qui restait, résistant, un rien crâne et bravache, bien accroché ou du moins le croyait-on...Après les cheveux (parade : la perruque), les sourcils (parade : le crayon), les cils (parade...mmm y'en a pas à part le trait de crayon, et les solaires histoire de tromper son monde au moins de loin...), elle assortit à son glabre palmarès : les ongles...Il faut croire qu'on avait dû trop se plaindre d'avoir à s'enduire les mains de crème, de devoir poser avant chaque cure 3 couches de vernis en finissant par une teinte sombre histoire de bloquer les UV destructeurs...On sentait bien d'ailleurs les regards un peu curieux, les bouches en cul-de-poule tendance "mais qu'est-ce qui lui prend de porter des couleurs pareilles...C'est un peu vulgaire non ?"...La maladie vous prend aux maux et au mot...Plus d'ongles, plus de vernis...Plus que des extrémités boudinées, striées, à nu...On baissait déjà la tête, voilà qu'on rentre les mains : à ce rythme-là, il ne reste plus qu'à plier les genoux et à se déplacer en roulant, ça sera plus simple..."Tiens, d'ailleurs, tu parles de roue ? Comme tu n'en avais pas assez, allez, un p'tit coup de pompe à vélo : ne me remercie pas, c'est cadeau ! "...Une roue, c'est rond, c'est gonflé...? On en avait entendu parler mais bon, on se disait que ça devait rester anecdotique et secondaire comme effet...On aurait dû se méfier ! L'effet Sahara...Se réveiller un matin le visage et le corps enflé, gonflé, à la fois gorgé d'eau et desséché (là je dois dire que c'est fort, trés, trés fort !), les paupières bouffies, les joues rebondies...On se dit qu'on a pas dû faire attention et que récemment, on a dû lancer juste comme ça une petite réflexion malheureuse sur son sillon nasogénien un peu trop prononcé...Les maux des mots : action ? Réaction ! Là on ne peut plus se plaindre, le sillon a disparu, remplacé par le bombé des joues façon M. Nuage se fâche ou Prosper l'Ecureuil planque des noisettes dans ses fossettes...On se regarde dans la glace et vous revient en tête le générique crétin de ce dessin animé des années 70 : "le Croque Monstre Show / c'est des vilains pas beaux / dans la vie y'a rien qui nous ressem-em-bleu / Au palais des horreurs / on joue à se faire peur / C'est beau le Croque Monstreu Shooooooow"...(pour les amnésiques : http://www.generiquestele.com/Le_Croc-monstres_show)... On remet ses Converse parce que même des ballerines avec des pieds de Casimir, ça semble hasardeux et que bon, on a pas vraiment envie de transformer sa première paire de Repetto en péniches jumelles, vu le prix...On s'assoit sur sa maniaquerie et on ne tire plus les draps housses, ni ne borde les couettes au risque de se retourner un ongle de plus façon chandeleur. On demande de l'aide à sa moitié pour les boutons, à ses enfants pour ouvrir le sac en plastique de supérette, on peste contre les films pelables du jambon, les pellicules de protection du lait de croissance, le dossier de garderie à remplir à la main avec un stylo tout lisse, trop lisse...

On voit bien que les gens ne vous regardent plus tout à fait comme avant, qu'ils sentent qu'il y a "quelquechose de changé", que ça leur rappelle quelquechose, votre drôle de tête...Bon sang, mais c'est bien sûr ! Le musée Grévin ! Ou alors le front botoxé et sans une ride de Juliana Margulies dans The Goodwife, sauf que vous, vous avez le nez, les yeux et même les joues comme ça...C'est le moment ou jamais de jouer à "je te tiens, tu me tiens par la barbichette" et de décrocher un titre mondial...! Je vous parle aussi des bras et des jambes qui tirent comme si on avait fait le Triathlon de la muscu juste en rêves mais qu'on se réveille quand même avec les courbatures ? Naaaaaan....

Ajoutez à ce rafraîchissant cocktail, une rentrée, un marathon garderie-radiothérapie et un p'tit déménagement façon cerise & chantilly sur le gâteau et vous comprendez pourquoi la Poulpy va se teindre en vert canard (trop tendance cet hiver), histoire qu'au moins ça soit fun et s'absenter quelques temps, le temps de..."I'll be right back"...soon...I hope...I guess...

 

Monstres & cie